Contentieux pré-électoral : « le volumineux des invalidation fait foi de l’insuffisance de culture politique de certains acteurs politique » dixit Eric Dodo Bounguendza

Eric Dodo Bouguendza, secrétaire général du PDG


Le secrétaire général, du PDG, Eric Dodo Bounguendza a réagi suite une interview qu’il a accordée au quotidien l’Union concernant le contentieux pré-électoral qui a conduit la cour constitutionnel à invalidé plus d’une trentaines de candidat aux élections législatives et locales 2018.

Les listes de candidatures publiées par le Centre gabonais des élections (CGE) ont suscité un volumineux contentieux auprès de la Cour constitutionnelle. Dodo donne son point de vue, sur l’organisation desdits scrutins.

Pour le secrétaire général, « la participation du PDG à ces élections couplées est digne d’un grand parti comme le nôtre, elle est plus que respectable. Le volumineux contentieux auprès de la Cour constitutionnelle fait foi de l’insuffisance de culture politique de la part de certains de nos acteurs politiques. La loi est claire et un engagement dans une compétition électorale doit en tenir compte. Nous savions qu’en annonçant le principe de démocratie directe au sein de notre formation politique, nos adversaires tomberaient dans notre piège. Plusieurs de leurs militants ont adhéré à notre parti en vue d’influencer les éventuelles investitures directes. L’ingéniosité du distingué camarade préside, en changeant de stratégie, les a amenés à vite regagner leur parti originel, oubliant que la loi ne leur permet pas dans ce cas de figure de  »compétir » dans une élection. Comme notre parti est organisé, nous avons relevé plusieurs de ceux-là dans des listes concurrentes au PDG. En ce sens, un parti responsable initie des recours. C’est ce que nous avons fait, pièces à conviction à l’appui. La culture politique permet d’éviter de tomber dans ce genre de piège, car la loi est la loi pour tous. Nous félicitons la Cour constitutionnelle pour le travail laborieux réalisé sur ce volumineux contentieux. De loin, on croirait que cela est aisé, mais de prè. » 


PARTAGER