La BAD va aider le Gabon à résorber son déficit en eau potable de 50 000 m3 par jour


Cette enveloppe devrait permettre de faire passer le taux d’accès à l’eau potable aux populations, de 25 % à 85 % en zone rurale, et de 45 à 95 % en zone urbaine.


LA Banque africaine de développement (BAD) a annoncé qu’elle va aider le Gabon à résorber son déficit en eau potable de 50 000 m3 par jour, dans les communes de Libreville, Akanda, Owendo et Ntoum. A cet effet, le conseil d’administration de la Banque a approuvé, le 3 octobre dernier, un prêt de 75,4 millions d’euros au pays (50 milliards de francs).

Le projet, d’un coût total de 117,4 millions d’euros (77 milliards de francs), cofinancé avec le fonds chinois African growing together fund – AGTF pour 42 millions d’euros (27,5 milliards de francs), est destiné au financement du premier sous-programme intégré pour l’alimentation en eau potable et l’assainissement de Libreville – volet eau potable qui prévoit le développement des infrastructures d’Approvisionnement en eau potable (AEP) de la capitale et de ses environs.

Celui-ci comprend le renouvellement de 149 km du réseau d’AEP de Libreville, le renforcement et l’extension de 131 km du réseau d’AEP de Libreville et la réparation des fuites dans les bâtiments administratifs. La réalisation du projet devrait permettre de faire passer le taux d’accès à l’eau potable aux populations, de 25 % à 85 % en zone rurale, et de 45 à 95 % en zone urbaine. Quant à l’assainissement, le taux passera de 10 à 80 % en zone rurale et de 32 à 80 % en zone urbaine.


PARTAGER