Le second tour su scrutin : Les forces en présence dans la prochaine Assemblée nationale


C’est une évidence. Au soir des scrutins des 6 et 27 octobre derniers, la prochaine Législature, la 13e, sera un peu plus pluraliste que la précédente. Où, avant le départ de Barro Chambrier et les autres élus du Parti démocratique gabonais (PDG), la Chambre des députés n’avait enregistré qu’un seul groupe parlementaire : celui du parti au pouvoir.


A part le siège du canton Ellelem, dans le département du Woleu, province septentrionale, où il reste un second tour, les élections législatives de 2018, sont presque terminées. Sur 143 sièges, conformément au nouveau découpage électoral, 142 ont été pourvus, sous réserve du contentieux électoral dont sera éventuellement saisie la Cour constitutionnelle. Aujourd’hui, les uns et les autres sont en train d’imaginer quelle sera la configuration de la prochaine Législature de l’Assemblée nationale.

Par rapport à cette préoccupation, une réalité se dégage : contrairement à la Législature précédente, issue des élections législatives de décembre 2011, et au cours de laquelle le Parti démocratique gabonais (PDG) serait resté seule formation politique à disposer d’un groupe parlementaire, si plusieurs députés de son écurie ne s’étaient pas « rebellés », occasionnant des Partielles, la prochaine sera plus pluraliste. Cette fois, on pourrait enregistrer plus de deux groupes parlementaires. Même si le parti au pouvoir conserve une très large majorité (plus de 100 élus), que certains analystes politiques n’hésitent pas à qualifier de majorité « encombrante »…

Pour rappel, soulignons que cinq forces politiques composaient la Chambre des députés lors de la 12e Législature. A savoir, pour le compte de la majorité républicaine et sociale pour l’émergence : le PDG, le Centre des libéraux réformateurs (CLR) et le Rassemblement pour le Gabon (RPG) ; et pour l’opposition : le Parti social démocrate (PSD) et l’Union pour la nouvelle République (UPNR). Il convient aussi de rappeler que le scrutin législatif de 2011 avai…

Source : l’Union


PARTAGER