Histoire du Gabon : les grandes batailles du Woleu-Ntem



La province du Woleu-Ntem est située au nord du Gabon, en Afrique centrale. Elle s’étend sur 38 465 km², soit 14,4% du territoire national. Elle est limitée à l’Ouest par la Guinée Equatoriale, au Nord par le Cameroun, à l’Est par le Congo Brazzaville et au Sud par les provinces du Moyen-Ogooué, Ogooué Ivindo et de l’Estuaire. C’est une province septentrionale

La province est découpée en cinq départements administratifs:

Le Woleu : Oyem
Le Ntem: Bitam
L’Okano: Mitzic
Le Haut-Komo: Medouneu
Le Haut-Ntem: Minvoul
Le Woleu Ntem était d’abord 20 ans plutôt Allemand vers 1896 puis devenu français (crée par Weber en 1907 officiellement) puis est redevenu Allemand sous la convention signée entre les deux belligérants. Lorsque la France perd le Congo au détriment de la Belgique, et vu ses appétits commerciaux insatiables, elle déclare la guerre à l’Allemagne en 1915, sort victorieuse et reprend la souveraineté de la province.

La région s’appelait Neu Kamerun (Nouveau Cameroun), les Allemand y avaient fait un pays appart avec la collaboration des populations locales, donc des Ekang qui jusqu’à lors ne veulent qu’une chose, bâtir une citée d’or Akhet-Aton.

La reconquête n’a pas été pacifique, elle s’est faite après de longues guerres, commençant par Mitzic:

1. LA BATAILLE DE MIMBENG

Les français étaient postés à Mitzic centre et ont vaincu facilement les allemands à Anguan le 19 Aout 1914, puis Ngom le 24 Aout 1914 et le 05 Septembre le village Ellelem.

Le 06 Septembre alors que les français s’apprêtaient à récupérer Mimbeng, les allemands ont démontré leur puissance de feu et ont repoussé les français avec l’aide des guerriers Ekang qui connaissaient les secrets de la forêts dont ils sont maîtres, le langage du temps, des animaux, des oiseaux et des végétaux.

l’accalmie a durée a durée très peu de temps on compte quelques heures puis vers 16 h, les français revinrent attaquer après avoir enrôlé les jeunes villageois des villages préalablement conquis hautement initiés au Sô, Ngîi, Melan, qui leur fournissaient des informations des adversaires, le temps, le langage des animaux, des oiseaux, le vent… c’est grâce à ces informations collectées que les français arrivèrent à bout des allemands. La bataille de Minbeng dure deux jours et s’achève le 07 Septembre. On ne peut pas compter les morts, les guerriers Ekang, les camerounais, les allemands, congolais, togolais, oubanguiens… seulement les français ont érigé leur mémorial. (voir image)

2. LA BATAILLE DE MINKEBE

La bataille de Minkébé a été la plus longue et la plus meurtrière, la région est appelleé Israël par les populations locales histoire d’une terre sainte. Elle a durée du 20 septembre au 18 Décembre moins bien connue, très peu d’éléments ont été fournis sur le massacre, mais notons qu’elle a été la plus grosse échec des allemands les chiffres officiels donnent entre 80 à 120 soldats cotés allemands et alliés tués.

3. LA BATAILLE DE BISSOK

Le 08 Janvier 1915, les troupes françaises atteignent facilement Bissok, très peu de résistance puis la base Minkébé est sous le contrôle totale des français. C’est à l’issu de cette conquêt que l’administration a été ramenée à Minvoul Centre au lieu de Minkébé vers le 31 Août 1915

4. LA BATAILLE D’ELOP

Le 25 Janvier 1915, les troupes françaises atteignent facilement le village élop, très peu de résistance puis que la haute Lara est sous le contrôle des français. Oyem abdique rapidement le 6 février. les allemands ne tiennent plus, ils replient sur Bitam ville frontalière avec le cameroun et la Guinée Equatoriale.

5. LA BATAILLE D’ASSOK NGOMO

Le 02 Mars 1915, les troupes françaises atteignent facilement le village Assok Ngomo, très peu de résistance puis qu’ Oyem est sous le contrôle total des français.

6. LA BATAILLE DE BITAM

Le 17 Juillet, les troupes françaises atteignent la ville de Bitam après avoir battu becs et ongles les foyers de résistances de Kono ou Ofoas et Messang Essabedzang. le bilan n’est pas donné seulement un des cimetières de cette bataille serait au village Messang dans la zone appelé Minlo’o (les crânes). Pour en savoir plus, lisez: les chroniques de Messang de Venant Debomame .

7. QUELQUES BATAILLES COTES CAMEROUN

Le 24 Janvier 1916, alors que les français avaient conquis la totalité du grand nord gabon et crée les villes telles que nous kes connaissons aujourd’hui, les allemands ne tiennet plus ils vont perdre le Sud du Cameroun; Abang Minko (Mondiale), Akobang (kyé Ossi), Tsambalika, Mbalmayo et Ambam. Les allemands perdent leurs territoires et l’espoir de tirer profit de leurs colonies (Mvôkh Ekang: peuple adorateur).

A la fin de la guerre, les allemands ont brûlés et saccagé les plantations pour qu’elles ne profitent pas aux français. Aussi, il y avaient encore des poches de résistances, malgré la conquêt, qui préféraient les allemands qu’aux français mais la recolonisation va se faire avec une violence sans merci (décapitation des leaders)

Depuis ce jour la population septentrionale a un regard pas très clair de la politique française au Gabon et dans l’Afrique toute entière. La Francafrique n’est rien d’autre que ce montre inventé ou crée de toute pièce pour étouffer l’histoire de tout un peuple.

Il est donc temps que les peuples réveillent les guerriers qui sommeillent en eux pour se réapproprier de leur histoire, de leur culture et penser à la jeunesse androïde africaine en génération et Ekang en particulier.

Source 1 : Histoire du Gabon, des origines à l’aube du XXIie; Nicolas Meteghe N’nah

Source 2 : Les chroniques de Messang; Venant DEBOMAME.


PARTAGER