Le retour définitif d’Ali Bongo : fin du débat

Le Gabon est suspendu suite au retour d’Ali Bongo, après près de cinq mois d’absence suite à un AVC en Arabie saoudite puis une longue convalescence au Maroc. Une grande foule de sympathisants venue l’accueillir dans la joie et surtout le voir, « en chair et en os ». Beaucoup de Gabonais doutent encore sur l’affaire du supposé sosie ou des capacités du président à diriger le pays.

Le chef de l’Etat a atterri dans la capitale gabonaise avec sa femme Sylvia Bongo aux alentours de 17H00 (16H00 GMT). Le couple présidentiel a d’abord été accueilli par le Premier ministre Julien Nkoghe Bekalé et l’équipe gouvernementale. Le président s’est ensuite rendu sur le perron de l’aéroport, à la rencontre d’une foule de plusieurs milliers de personnes. Debout, aidé d’une canne, il s’est déplacé lentement vers les personnes agglutinées contre des barrières, a constaté notre reporter.

Il a d’abord levé la main gauche pour saluer la foule, puis la droite.

Une forte présence policière était présente sur les lieux.

En cinq mois, le président Ali Bongo n’était revenu que deux fois à Libreville, chaque fois moins de 48 heures. Depuis son AVC, c’est la première fois que le public voit le chef de l’Etat marcher.

« Je vous remercie de cet accueil, cet accueil me touche. Je tiens sincèrement à vous dire merci », a-t-il déclaré à la presse.

« Bien vivant ! »

Quelques minutes plus tard, le couple présidentiel a quitté l’aéroport en voiture, en direction de sa résidence. Vitre baissée, Ali Bongo a continué de saluer le public. A son passage, la foule compacte chantait « Ali est là, Ali est là », tout en agitant vivement les drapeaux gabonais, vert-jaune-bleu. Certains avaient revêtus des tee-shirt à l’effigie du chef de l’État, d’autres ont déployé des banderoles sur lesquelles on pouvait lire « Bon retour chez vous boss ».

« Je l’ai bien vu, il est bel et bien vivant ! Tous ceux qui ont parlé pour dire qu’Ali ne vit plus ont échoué. Le président est de retour et en forme! », s’exclame Sylvie Matouke venue acclamer le chef de l’Etat.

Très peu d’informations ont filtré ces cinq derniers mois sur le président gabonais et son état de santé. Depuis octobre, les bruits les plus fous, notamment sur l’existence d’un sosie, ont circulé sur les réseaux sociaux dans ce pays habitué à la « kongossa », la « rumeur » en langue locale.
Le Parti démocratique gabonais, au pouvoir, avait largement diffusé sur les réseaux sociaux des appels « à se rendre massivement à l’aéroport » pour « réserver un accueil militant et chaleureux » au chef de l’Etat.

« Capacité à diriger »

Une invitation à laquelle avait répondu Ousmane Bouba Adamou, militant du mouvement.

« Je suis là pour accueillir notre champion. C’est important pour nous de venir pour lui montrer notre soutien alors qu’il y a eu tellement de rumeurs. Ce n’est ni une momie, ni une mascotte, ni un sosie: Ali Bongo en chair et en os », a-t-il affirmé

Cette véritable démonstration de soutien au président intervient alors que depuis l’absence du chef de l’État dans le pays, l’opposition semblait avoir retrouvé un peu de son énergie.

Depuis quatre mois, elle a plusieurs fois appelé les autorités à saisir la Cour constitutionnelle afin qu’elle déclare une vacance de pouvoir en l’absence du président.

Fin février, dix personnalités politiques, syndicales et de la société civile ont lancé un ultimatum au pouvoir – fixé au 31 mars – pour déclarer la vacance du pouvoir, appelant à « agir » pacifiquement si celle-ci n’est pas déclarée.

« Nous pensons que son retour va apaiser la classe politique, on ne parlera plus de vacance du pouvoir », a estimé l’un des sympathisants du président après le passage de la voiture.
« Bien au contraire », a analysé Marc Ona, l’un des représentants de la société civile et signataire de « l’appel à agir ». « La déclaration de la vacance du pouvoir ne concerne pas sa présence dans le pays, mais sa capacité à diriger le Gabon ».
« Aujourd’hui le monde a bien vu qu’il était complètement diminué. Il n’y a pas eu de bain de foule ou d’interview digne de ce nom, on doit le tenir pour marcher », a-t-il ajouté, précisant que l’opposition allait réclamer « une expertise médicale ».