Infrastructures : «Nous allons mettre en œuvre, un modèle innovant de contrat de maintenance de l’ensemble du réseau routier» dixit Julien Nkoghe Bekale



Dans une interview accordée à l’Union, le vendredi 5 avril dernier ; le Premier ministre a expliqué le bien-fondé des réformes instaurées par le gouvernement (la question des Routes et les voiries étaient au menu..). Le Chef du gouvernement a éclairé les populations.

Sur les pas de son prédécesseur, Emmanuel Issoze Ngondet, qui considérait la réhabilitation et l’entretien des routes comme une priorité, Julien Nkoghe Bekale n’a pas perdu de temps sur ce dossier, il s’est rendu sur les chantiers de réhabilitation des voiries et d’assainissement des bassins-versants de la capitale gabonaise.

Pour Julien Nkoghe Bekale, la route joue un rôle très important dans le développement socio-économique d’un pays. Raison, pour laquelle il entend également en faire une priorité pour le gouvernement. Du constat sur les différents chantiers, « il ressort au terme de cette visite que les travaux avancent à un rythme soutenu ». Et pour éviter que l’on enregistre de nouvelles interruptions dans l’exécution des travaux, les entreprises ont été rassurées sur les engagements du gouvernement à tout mettre en œuvre pour mener à terme ces projets.

« J’ai déclaré, devant la Représentation nationale, que les infrastructures routières constituaient, pour le gouvernement, une priorité ».

« Je ne souhaite ni faire d’annonces démagogiques ni promettre autre chose que ce que le gouvernement sera en mesure de faire sur ce point précis ».

Une partie des efforts visant à contracter les dépenses et à optimiser les recettes afin de donner les moyens de financer ces chantiers.

Comme le Premier ministre par ailleurs souligné dans sa Déclaration de politique générale, « nous allons mettre en œuvre, un modèle innovant de contrat de maintenance de l’ensemble du réseau routier en nous appuyant entre autres, sur la remise sur pied des régies et subdivisions des travaux publics ».

Dans ce sens, le gouvernement s’est fixé une feuille de route précise au ministre des Infrastructures qui devrait permettre une amélioration substantielle du réseau routier d’abords à partir des voiries de Libreville ou vit plus de 60 % de la population gabonaise, mais aussi sur la Nationale 1 du PK12 au PK105. Les routes départementales qui relient les capitales départementales aux chefs-lieux de provinces ne sont pas en reste.

Les améliorations apportées doivent être tangibles et rapides. Sur ce point, comme sur d’autres, les Gabonais doivent en ressentir les effets a indiqué le Premier ministre.

Source : l’Union


PARTAGER