Des milliers d’élèves de nouveau dans la rue, hier



Après leur marche de protestation de la veille, les élèves des établissements publics d’enseignement secondaire de Libreville et même de l’intérieur du pays étaient de nouveau dans la rue, hier.

Comme un jour auparavant, ils protestaient contre les nouvelles conditions d’attribution des bourses d’études décidées lors du Conseil des ministres du 29 mars dernier. Soit l’obtention d’une moyenne générale supérieure ou égale à 12/20 à l’examen du Baccalauréat, le postulant devant également être âgé de 19 ans tout au plus à la date de sa demande d’allocation.

De quoi susciter une levée de boucliers chez les apprenants. Leur colère était encore vive hier. De nombreux élèves ont en effet battu le bitume, décidés à faire entendre leurs voix. Avec les mêmes slogans que la veille.
Dans l’après-midi, quelques manifestants ont été aperçus sur le boulevard Triomphal à Libreville. Du côté des palais Omar-Bongo-Ondimba (Sénat) et Léon-Mba (Assemblée nationale), où ils comptaient exprimer leur mécontentement. Puis, peu avant d’arriver à leur destination, une autorité gouvernementale, dont nous ignorons l’identité, les aurait abordés, leur recommandant de se calmer, de prendre leur mal en patience, et de se rapprocher, pour une sortie de crise, des responsables de leurs établissements respectifs et des présidents de leurs coopératives scolaires respectives.