C’est l’épilogue d’une affaire de détournement de fonds publics présumé qui aura largement défrayé la chronique. Blaise Wada est un homme libre, au terme de l’arret rendu hier par la cour de cassation auprès de laquelle il s’était pourvu. l’ancien coordonnateur de l’Uninté de coordination des études et travaux (Ucet) avait en effet été condamné, le 26 avril dernier, par la cour criminelle spéciale (CCS) à 20 ans de prison. Peine assortie au parlement à l’Etat gabonais de la somme de 2,765 milliards de francs.

Convaincus de la non-culpabilité de leur client, ses conseils se sont pourvus en cassation afin d’obtenir l’annulation de la décision. Chose qu’ils ont visiblement obtenue avec la décision de la Cour de cassation : toutes les charges qui pesaient sur lui ont été déclarées nulles et de nul effet,  consacrant la libération imminente de Blaise Wada.


PARTAGER