Dialogue social : plusieurs syndicats ont dit oui, mais pas Dynamique unitaire



Plusieurs partenaires sociaux sont venus au lancement du dialogue social du premier ministre. L’objectif est de trouver un consensus dans l’application des mesures d’austérité recommandées par le Fonds monétaire international (FMI) afin de relancer l’économie qui souffre suite à la chute des cours des matières premières. Les syndicalistes sont arrivés en masse, mais la rencontre a été chahutée par des enseignants sans salaire depuis plusieurs années.

Beaucoups de syndicats ont dit oui, mais pas Dynamique unitaire, l’une des principales centrales syndicales des fonctionnaires, qui a posé des préalables. « C’est sur les mesures d’austérité , vous ne pouvez pas prendre des mesures sans nous. Il y a celui qu’on a appelé le « père des préalables ».

En effet, le président de Dynamique unitaire (DU), puissante confédération syndicale des agents publics, Jean Remy Yama a posé comme l’un des préalables, la prise d’un décret par le Président de la République, Ali Bongo Ondimba pour participer au dialogue social que le gouvernement organisent.

« Où est notre Président ?, parce que le cadre juridique devait être un décret du Président de la République qui instaure le dialogue social en République gabonaise, ce n’est pas un arrêté du premier ministre, et sur cette question taboue nous n’en faisant pas un problème tabou, c’est avec le Président de la République qu’on veut discuter », estime M. Yama

Les prochains jours s’annoncent houleux pour le gouvernement soumis par ailleurs à une forte pression du FMI.