«Nous sommes pour un vrai dialogue, pas un dialogue cosmétique» dixit Marcel Libama



Le leaders syndicale du secteur de l’éducation, Marcel Libama a réagi sur son compte Facebook, le Jeudi 25 avril 2019 sur le dialogue social lancer par le premier ministre, Julien Nkoghe Bekale avec les partenaires sociaux.

Voici le message intégrale de son compte Facebook :

Pour que ce dialogue social soit productif et utile, si tant est que c’est l’objectif recherché, il y a des préalables qui ne doivent pas être ignorés dont:
1 – le gouvernement devrait communiquer à la nation et aux partenaires sociaux les informations documentées relatives aux causes véritables de la crise économique et financière qui plombent les perspectives de développement du pays;
2 – Procéder à une analyse rigoureuse et sans contournent de ces causes;
3 – procéder à un inventaire exhaustif des possibilités de rétablissement à l’équilibre des comptes de la nation.
Sur ce troisième point, aucune possibilité ne doit être mise de côté dont, entre autres, la fermeture pure et simple de toutes les institutions et agences dont l’utilité et l’efficacité ne sont pas avérées; la récupération des fonds détournés par des hauts commis de l’Etat; l’engagement de poursuites judiciaires contre tous les pillards des ressources publiques de tous les temps (en excluant toute possibilité de prescription); la révision de tous les avantages et dérogations fiscaux et douaniers accordés aux sociétés installées au Gabon, dont certains n’ont aucun lien avec leurs activités officielles (on voit dans la ville des voitures de très grand luxe qui circulent avec des personnes à qui, visiblement elles ont été offertes au détriment de l’Etat ; le recouvrement des taxes foncières urbaines et forestières ; la lutte sans concession contre la corruption, la prévarication, les détournements de fonds publics sous toutes leurs formes; les conflits d’intérêt; l’institution et la mise en place une fois pour toutes et immédiate du principe sacro-saint de l’unicité des caisses de l’Etat; la diminution des membres du gouvernement d’au moins 25%…
Tant que ces voies ne sont pas explorées et épuisées, tout le reste ne sera qu’enfumage et parlote pour tronquer la vérité et tromper la nation et des syndicalistes dont beaucoup se vendent si facilement aux moins offrants.
La trêve sociale ne saurait se porter uniquement sur davantage de paupérisation des classes laborieuses au profit des voleurs.
La recherche de la paix sociale et civile est un noble objectif. Mais il est essentiel, pour qu’il soit accepter par tous, que personne ne considère d’autres Gabonais comme des citoyens de secondes mains; et que l’arrogance et la suffisance jusqu’à maintenant adulées et magnifiées par les membres du gouvernement fassent enfin place à l’humilité.

Marcel Libama
Leaders syndicale du secteur de l’éducation