C’est à l’occasion d’une déclaration de presse ce samedi 25 mai 2019 que des militants de l’Alliance pour changement et la restauration (ACR) du Rassemblement Héritage et Modernité (RHM) devenu Rassemblement pour la Patrie et la Modernité (RPM)des provinces de l’Estuaires, de la Ngounié, de la Nyanga, de l’Ogooué Ivindo et de l’Ogooué-Lolo, membres et militants desdits partis politiques, ont déclaré leur démission desdites formations politiques d’origine, membre de l’opposition, pour rejoindre les Sociaux-Démocrates Gabonais (SDG), un parti allié à la majorité.

« Nous anciens candidats aux dernières élections Législatives et Locales des 6 et 27 octobre 2018 pour le compte de l’Alliance pour changement et la restauration (ACR) du Rassemblement Héritage et Modernité (RHM) devenu Rassemblement pour la Patrie et la Modernité (RPM), des provinces de l’Estuaires, de la Ngounié, de la Nyanga, de l’Ogooué Ivindo et de l’Ogooué-Lolo, membres et militants desdits partis politiques, bien qu’ayant démissionnés individuellement, décidons ce jour de porter à la connaissance de l’opinion nationale et internationale notre démission collective desdites structures politiques ».

Plusieurs dizaines de membres, parmi les plus engagés dans ces différents mouvements de l’opposition, sont concernées. Parmi eux, figurent notamment Aline Annette Lindzondzo, Ulrich Davy Iyembit, Alain Firmin Anyunzoghe Aboghe, François Eko Nguema, Sylvain Mvele N’na, Landry Ikapi, William Boka, Alexandre Mavitsi, Guy Roger Moussavou, Félicien John Christ Nzamba Kassa et Franck Armand Moussavou ont décidé d’adhérer aux Sociaux-Démocrates-Gabonais.

Les Sociaux-démocrates gabonais, nouvellement créé, ont le vent en poupe depuis qu’ils représentent statistiquement la deuxième puissance politique du pays. Preuve de cette montée vertigineuse, la vague d’adhésions intervenue encore une nouvelle fois.