Gabon : Les décaissements du FMI pourraient être retardés en 2019



Le gouvernement ayant enfreint le critère de non-accumulation d’arriérés sur la dette extérieure au premier trimestre de 2019, Moody’s dans son analyse pays, laisse indiquer que les décaissements du Fond monétaire international (FMI) pourraient être de nouveau retardés cette année.

Cette situation risquerait de pénaliser le pays qui n’a pas une grande marge de manœuvre en matière de financements internes (au sein de l’Union économique et monétaire de l’Afrique centrale) et externes.

En outre, bien que le gouvernement ait réglé avec succès les arriérés de dette extérieure, cela s’est fait au détriment du total des dépôts publics, qui est passé de 5% du PIB fin 2017 à 4% à la fin de 2018 et à 2% à compter de mars 2019, réduisant ainsi les tampons de trésorerie.

Par ailleurs, le problème persistant des arriérés vis-à-vis des fournisseurs de biens et de services nationaux indique des pressions persistantes et des problèmes de gestion liés à la liquidité.

À la mi-2018, le gouvernement a convenu d’un calendrier de remboursement des arriérés de 0,6 milliard de dollars qu’il avait reconnus sur une période de six ans, mais n’a pas pleinement respecté son calendrier de remboursement, avec quelques retards récents.

De plus, un audit indépendant d’un ensemble plus large d’arriérés relatifs à la période 2015-2017 est également en cours. Plus généralement, le profil de crédit du Gabon est limité par sa dépendance économique, monétaire et fiscale sur le secteur pétrolier, ainsi que par les disparités socio-économiques et le risque politique persistant.

Les soutiens au crédit comprennent une richesse relativement élevée et un secteur non pétrolier en développement, ainsi que son appartenance à l’Union économique et monétaire de l’Afrique centrale, ce qui donne en principe, plus de temps au gouvernement pour atténuer les pressions externes.


PARTAGER