Nomination de Nourdine Bongo : Bruno Ben Moubamba crie au « coup d’État »



Le président de l’ACR et ancien ministre d’État, Ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat social et du Logement, Bruno Ben Moubamba a déclare sur sa page Facebook que « L’enfant caché du roi du Maroc ne peut pas diriger la République Gabonaise  » (Réponse au nouveau porte-parole de la présidence de la république gabonaise).

« Je l’affirme haut et fort pour bien me faire entendre : Nourredin Bongo Valentin est le fils caché du roi du Maroc. De ce fait précis, il ne peut être nommé Coordinateur Général de la Présidence de la République Gabonaise. Il ne peut non plus être candidat à l’élection présidentielle gabonaise à venir ! Et tout les initiés les savent »

Pourquoi nous devons rejeter le « mini coup d’état »

Pour l’ex ministre d’État, Ministre de l’Urbanisme, le 5 décembre 2019 restera gravé dans les mémoires comme la date d’un mini « putsch » orchestré au Gabon par la trilogie : Sylvia, son fils Nourredin et la multinationale OLAM.

Il faut rejeter dès à présent ce « mini – putsch » pour plusieurs raisons selon lui :

– Nouredin Bongo Valentin a été le vrai patron de l’AJEV et Brice Laccruche Alihanga apparaît clairement comme sa principale victime, du moment ;
– Nouredin Bongo Valentin a été le numéro 2 du Groupe OLAM au Gabon et il apparaît ici que c’est une tentative de la puissante famille GUPTA (les propriétaires d’OLAM) de s’emparer d’un état ;
– Nouredin Bongo Valentin est soupçonné (par les Gabonais) d’être un enfant caché du roi du Maroc. Ce qui éclaire sous un nouveau jour les ingérences intolérables du Maroc dans la conduite des affaires du Gabon ;
– Nouredin Bongo Valentin est officiellement le fils de Sylvia Bongo Valentin, une Franco-marocaine dont le rôle dans « l’AVC » du président gabonais est connu de la plupart des services secrets. Elle apparaît désormais comme une « mante religieuse » extrêmement dangereuse ;
– Nouredin Bongo Valentin c’est la mainmise d’OLAM et du MAROC sur toutes les richesses du Gabon ;
– Et Nourredin Bongo Valentin a toujours induit son « père » Ali en erreur dans l’ombre et j’en sais quelque chose comme ancien Vice Premier Ministre ayant supervisé avec OLAM l’affaire du nouvel aéroport de Libreville saboté par Nouredin ;
– (…)
Au vu de tout ce qui précède, je demande toujours l’alliance politique des « meilleurs de tous les camps » contre le pouvoir des « Bongo – Valentin ». Ne pas le faire serait une faute historique contre les générations futures et un crime contre la mémoire et l’identité Bantu du Gabon.

Comment peut-on livrer son pays Bantu à un état arabe et à une famille indienne sans combattre ?
La question mérite au moins d’être posée !

Source : Facebook Bruno Ben Moubamba


PARTAGER