DR


Le gouvernement gabonais implémente une nouvelle approche dans le cadre de l’autonomisation de la gente féminine.

A travers un projet dénommé Conductrices opérations machines (Com’elles), lil met en œuvre des formations qualifiante à la conduite d’engins et de camions poids lourds, au profit de la gente féminine, dont l’âge varie entre 25 ans à 35 ans.

Cette initiative s’inscrit dans le cadre de la mise en pratique, de l’autonomisation de la femme entrant dans le projet « la Décennie de la femme ». Elle a récemment été lancée par le Premier ministre, Julien Nkoghe Bekale.

Appuyé par la Gabon Special zone (GSEZ), ce programme consiste à former gratuitement durant neuf mois, des femmes dans les métiers de conducteurs d’engins et de camions de type poids lourds avec, à la clé, des permis de catégorie C, D et G.

Côté gouvernemental l’on indique que le projet cadre parfaitement avec les ambitions qui privilégient les partenariats publics-privés dans une dynamique de création d’emplois, de formation professionnelle et d’émancipation de la femme.

Fixant les enjeux de cette formation, Amandine Ogouebandja de la GSEZ a décrit les enjeux de ce challenge. ‘’Nous sommes tous réunis ici autour de 50 femmes que nous avons vu déterminées, ambitieuses, curieuses mais surtout parées à relever un défi pas comme les autres, celui de porter les galons de conductrices d’engins et de camions poids lourds’’, a –t-elle déclarée. Avant d’ajouter que ‘’ ce projet reflète l’évolution des mentalités de notre société’’. Elle a enfin lancé une invite aux futures conductrices à s’investir avec la même audace pendant et après la formation.

Quant à la responsable du projet, Sylvie Boldrini elle a toutr simplement magnifié cette formation. ‘’ La formation est unique en son genre. Elle est une première. Car, elle va former des femmes à la conduite d’engins lourds’’. Faut-il le révéler, avec l’appui technique de SMT Volvo, IECS, les 50 candidates vont bénéficier des formations sur des engins lourds (excavatrices, chargeurs et camions articulés).

Pour la ministre Déléguée à l’Emploi, Gisèle Akoghet, ‘’ ce projet s’accommode véritablement du processus de mise en œuvre d’une offre de formation professionnelle adaptée aux besoins économiques du marché, car il débouchera sur des métiers qui offrent des opportunités d’emplois salariés et d’auto-emploi’’.

Dans ce droit fil, la ministre de la Promotion et de l’Intégration de la femme au développement, Prisca Nlend Koho n’a pas manqué d’expliquer les enjeux de ce projet aux impétrantes que :  » ce projet fera de vous des femmes autonomes, capables de contribuer autrement au bon fonctionnement des unités dans lesquelles vous serez appelez à travailler’’.

Il est enfin à noter que le programme Com’elles a connu un engouement certain. Car, sur 300 dossiers déposés, 50 ont été retenus.


PARTAGER