Les trois points à retenir du 33e sommet de l’Union africaine



C’est désormais l’Afrique du Sud de Cyril Ramaphosa qui dirige l’organisation continentale pour un an, succédant à l’Égyptien al-Sissi. Retour sur les trois temps forts du sommet.

PUBLICITÉ

Tout d’abord, les premiers mots de Cyril Ramaphosa à la tribune : « Nous allons concentrer notre travail sur la résolution des conflits ». Le président sud-africain annonce deux sommets au mois de mai à Pretoria. Le premier sur la sécurité, le second sur la zone de libre-échange continentale.

Autre temps fort, la colère de Moussa Faki Mahamat, le président de la commission, sur l’absence de solidarité des pays africains envers les États menacés d’effondrement sous les coups des jihadistes. « C’est déconcertant », a-t-il lancé aux chefs d’État présents devant lui.

Troisième moment important : Antonio Guterres, le secrétaire général des Nations unies, déclare à Addis Abeba son soutien à l’initiative africaine sur la Libye. L’idée d’organiser un grand forum de réconciliation fait son chemin.

source: RFI


PARTAGER