Braquage de téléphone à Libreville : un phénomène en expansion



Le braquage de téléphone dans la capitale gabonaise n’est pas un cas isolé. De nombreuses librevillois et librevilloise vive un mauvais calvaire et subissent régulièrement les assauts des malfrats qui commettent parfois du vol avec arme devant un publique qui n’assiste pas à une personne en danger.

De nombreux cas de braquage de téléphone ont été signalé ici et la, du feu rouge de Nzeng Ayong, Cocotier, derrière la Prison jusqu’à la gare routière, le constat est le même.

Une Police qui brille par son impuisance, face à ce phénomère grandissante avec des incompréhensions des populations, les critiques acerbes restent dirigées contre les policiers souvent en faction ici et là, mais qui ne semblent pas être préoccupés outre-mesure par les vols et autres agressions de citoyens. Sa mission de protection des personnes et des biens se trouve alors compromise par son inaction, son inefficacité. Devant l’insécurité grandissante et « l’inaction » des forces de sécurité, c’est désormais la responsabilité de l’Etat qui est engagée. Car il s’agit avant tout de la sécurité des populations.


PARTAGER