Fouilles inopinées: de la moisson de la police dans les lycées de l’Estuaire et de l’Ogooué-Lolo



Face à la montée des violences en milieu scolaire entre élèves entre eux et acteurs éducatifs, les autorités gabonaises multiplient les opérations coup de poing pour tenter d’endiguer le phénomène. Parmi les mesures d’urgence prise par le ministère de l’Education nationale ces derniers jours : des fouilles inopinées. Depuis ce lundi 10 février, plusieurs établissements secondaires de Libreville, Lastourville et Koulamoutou ont été visités par la police. Il a en outre été décidé que ladite opération sera étendue aux établissements privés.

Le ministère gabonais de l’Education nationale et de la Formation civique tente de conjurer la montée en puissance des violences scolaires dans le pays. Aidé par les forces de police nationale, les autorités ministérielles ont mené une opération de fouille dans 5 établissements de l’Estuaire et de l’Ogooué-Lolo. Il ressort de celle-ci que les collégiens et lycéens gabonais continuent d’introduire des objets domestiques prohibés dans le milieu scolaire.

Le communiqué des autorités

Selon le communiqué du ministre de l’Education nationale parvenu ce dimanche à la rédaction d’Info241, les élèves de Libreville continuent d’emporter avec eux dans leurs salles de classe couteaux de cuisine et de table, cutters, fourchettes, paires de ciseaux et autres tournevis. Par contre, leurs homologues de l’intérieur du pays introduisent dans le monde scolaire chanvre indien, paires de ciseaux, fourchettes, broches métalliques et crochets.

Ces fouilles inopinées ont concerné dans l’Estuaire plusieurs établissements secondaires de Libreville : le lycée d’application Nelson Mandela, le CES Jean Hilaire Obame Eyeghe et le lycée Monseigneur Bessieux. Dans l’Ogooué-Lolo : le lycée Saint Pierre Claver (Lastourville) et le lycée-collège Notre Dame de la Salette (Koulamoutou). A l’issue de ces fouilles, les autorités ont décidé de la poursuite de ces fouilles et de leur extension aux établissements privés.

SOURCE: INFO241


PARTAGER