Violences en milieu scolaire: Plusieurs armes blanches saisies dans les écoles



Les opérations de fouilles, initiées par le ministère de l’Education nationale et de la Formation civique, avec le concours des Forces de Police nationale, a permis de saisir récemment, plusieurs objets dangereux dans les établissements scolaires des provinces l’Estuaire et l’Ogooué-Lolo. 

Le ministère de l’Education nationale et de la Formation civique, à travers un communiqué du 16 février écoulé, a livré les premiers résultats de ces opérations de fouilles inopinées dans les établissements scolaires du Gabon, initiées  suite aux différentes violences perpétrées par les élèves.

Ces résultats, obtenus avec l’aide des agents des Forces de Police nationale,  ne concernent que les lycées et collèges de l’Estuaire et de l’Ogooué-Lolo dans le Sud-est du pays.

Pour ce qui est de l’Estuaire, plusieurs armes blanches ont été retrouvées. Notamment, 4 couteaux de cuisine, 2 couteux de table et un cutter saisis au lycée d’Application Nelson Mandela, 24 grandes paires de ciseaux, 2 couteaux de cuisine et un tournevis retrouvés au CES Jean Hilaire Obame Eyeghé, ainsi que 9 couteaux de cuisine, 4 fourchettes, 8 grandes paires de ciseaux et une bouteille de Whisky au lycée Monseigneur Bessieux.

Dans l’Ogooué-Lolo, des objets tels que du chanvre indien, des paires de ciseaux, des fourchettes ont été enregistrés au lycée Pierre Claver de Lastourville, de même qu’au lycée et  collège Notre Dame de la Salette de Koulamoutou, où des brochettes métalliques, des paires de ciseaux, des fourchettes et des crochets ont été saisis.

Le communiqué indique que dans certains établissements, différents types de motifs et des sanctions, entre autres, arrestations, détentions provisoires, exclusions temporaires et définitives ont été pris à l’encontre de quelques élèves.

C’est le cas au CES Léon Mba, où un élève a été exclu définitivement pour coups et blessures sur son condisciple lors d’une bagarre et trois autres exclus temporairement pour détention d’armes blanches. Sans oublier au lycée Vincent de Paul Nyonda (Epi de Nzeng Ayong), où un élève a été arrêté et mis en détention  pour avoir poignardé un surveillant.

Au CES Ba Oumar, 3 apprenants ont également été arrêtés pour braquage avec tentative de viol sur leurs condisciples et un autre pour vente de substances illicites appelées trivialement des ‘’Cobolos’’.  Aussi, au CES Jean Hilaire Obame Eyeghé, 4 élèves ont-ils été arrêtés et détenus provisoirement pour ivresse sur la voie publique et un autre  au CES du centre en possession de cannabis.

Ces opérations qui se sont soldées par des nombreuses sanctions, font suite aux mesures d’urgences prises le lundi 10 février par les pouvoirs publics, dans le but d’endiguer le phénomène des violences en milieu scolaire.

Le ministère de l’Education nationale, avec l’appui de la police nationale, a décidé de poursuivre le processus dans tous les établissements scolaires chaque matin et de façon périodique. Ces opérations systématiques et inopinées de fouilles, vont s’étendre dans les établissements scolaires privés. Des sanctions disciplinaires, allant jusqu’à la fermeture des écoles, sont prévues pour ceux qui n’auront pas appliqué les mesures.

Toutefois, le ministère de l’Éducation nationale a invité l’ensemble des acteurs de la communauté éducative à plus de vigilance et d’ardeur dans la sensibilisation, ainsi qu’au strict respect des dispositions réglementant la vie scolaire sur toute l’étendue du territoire national.

source: agence gabonaise de presse


PARTAGER