AUDITION : VERS UNE VULGARISATION DU LANGAGE DES SIGNES

*** Local Caption *** Une vue des apprenants le langage des sourds.

C’est le but recherché par des séances de cours pour entendants et malentendants qui se tiennent tous les jeudis après-midi à l’Institut français de Libreville.


Vulgariser le langage de signes et faciliter la communication entre entendants et les malentendants. Ce sont, entre autres, les objectifs des séances d’enseignement du langage des signes, qui ont commencé il y a trois semaines à l’Institut français de Libreville. Organisés par l’Association des sourds-muets du Gabon (ASMG), en collaboration avec Matamba Kombila, réalisatrice du film “Sens dessus dessous”, ces cours se tiennent tous les jeudis après-midi, jusqu’en juillet 2020.

« Il est question de dispenser les B. A.-BA du langage des signes. Les séances sont ouvertes à tout le monde, entendants comme malentendants. Il suffit de payer l’inscription à hauteur de 4000 francs », a indiqué Nziengui Diawara, interprète.

Il faut noter que ces cours ont débuté par l’apprentissage de l’alphabet, à travers plusieurs représentations schématiques, en se servant des doigts, de la main, pour traduire chaque lettre du langage du signe. Les enseignements sont dispensés par une sourde-muette, Stéphanie Manondo, vice-présidente de l’ASMG.

source: l’union


PARTAGER