Engagée depuis plusieurs années dans la lutte contre la pollution plastique, la Sobraga a participé le 5 Mars 2020 à une table ronde sous le parrainage du Haut-Commissariat à l’Environnement et au Cadre de Vie (HCECV) avec son partenaire Namé Recycling pour évaluer le travail accompli et identifier les évolutions possibles.

Sous le parrainage du HCECV, cette rencontre avait pour objectif d’alimenter la réflexion afin que des mécanismes concrets soient mis en œuvre pour impulser une réelle dynamique de croissance durable du secteur des déchets au Gabon.

« Le travail du Haut-commissariat, c’est de faire un diagnostic de la situation existante, identifier des acteurs, connaître l’organisation de la filière et son fonctionnement, avoir les statistiques appropriées et proposer des stratégies de revalorisation des déchets », a expliqué à cet effet Rostand Ndong Allogo, chef de cabinet du HCECV.

Un partenaire institutionnel idéal pour mener à bien le combat entamé depuis plusieurs années contre la pollution plastique par la Sobraga, à travers une collaboration étroite avec les associations et entrepreneurs du secteurs.

En 2019, c’est suite à l’appel à projets environnementaux que la Sobraga avait conclu un partenariat avec Namé Recycling pour la récupération et la valorisation des déchets plastiques au Gabon.

« L’intérêt de Sobraga, c’est de présenter notre politique RSE à travers laquelle nous avons déjà entamé le recyclage en interne de tout ce que nous produisons comme déchets et là, nous voulons aller chercher le recyclage post-consommation, c’est-à-dire aller dans la communauté pour récolter les déchets et encourager les différentes filières », a expliqué Jocelyne Edzo Nkily, directrice QHSE de Sobraga.

Sur ce dernier point, la collaboration de Namé Recycling est essentielle, puisqu’elle permet d’envisager la lutte contre le recyclage non plus comme une activité « subventionnée », mais comme une réelle économie circulaire et vertueuse. Il s’agit de donner une nouvelle vie aux déchets plastiques afin qu’ils créent de la valeur et alimentent une nouvelle économie.

« Il est important de réunir les acteurs dans le secteur public et privé en collaboration pour arriver à une collecte, un tri et un recyclage des déchets pour valoriser les matières premières qui peuvent ensuite servir à la production de nouveaux produits », a indiqué Thomas Poelmans, expert associé et directeur de Green Crossroads.

Cette rencontre permet donc de confirmer l’orientation prise par la Sobraga et ses partenaires pour mettre en place les conditions de l’émergence d’une économie circulaire autour des emballages plastiques, avec deux retombées attendues : la préservation de notre environnement et la création de valeurs pour l’économie nationale.


PARTAGER