Covid-19 au Gabon : Cinq ans de prison et cinq millions de FCFA d’amende pour avoir contacté le 1410 « pour rigoler »



C’est ce que risque un jeune homme originaire de Bitam. Le plaisantin a été interpellé par la police après avoir composé le 1410, le numéro vert réservé aux appels d’urgence en lien avec le Covid-19. Il voulait, a-t-il reconnu, « faire une blague ». Un geste qui risque de lui coûter très cher.

C’est une histoire bête. De celle dont l’auteur est un complet irresponsable. Mais qui hélas, est loin d’être isolée.

Cette semaine, à Bitam, un jeune de 19 ans a appelé le 1410, prétendant ressentir les symptômes caractéristiques du coronavirus (fièvre, toux…) après être revenu d’un séjour au Cameroun.

Aussitôt, les équipes de riposte se sont mobilisées pour l’identifier et le prendre en charge. « Il nous a mené en bateau durant toute une matinée, nous faisant perdre un temps très précieux », déplore un membre de l’équipe.

Par conscience professionnelle et ne voulant prendre aucun risque, l’équipe de riposte, de guerre lasse, contacte finalement les policiers pour qu’ils l’aide à retrouver le soit-disant patient. Ce sont eux qui finit par identifier l’intéressé. Rapidement, celui-ci avoue qu’il ne s’agissait que d’une mauvaise blague.

Celle-ci n’a pas été du goût des forces de l’ordre. Le mauvais plaisantin a aussitôt été mis aux arrêts. Il sera présenté en début de semaine au procureur de la République.

L’inconscient encourt désormais une sanction très lourd. Il est en effet sous le coup de l’article 384 du Code pénal qui dispose que « quiconque expose directement autrui à un risque immédiat de mort ou de blessures de nature à entraîner une mutilation ou une infirmité permanente par la violation manifestement délibérée d’une obligation particulière de prudence ou de sécurité imposée par la loi ou le règlement, est puni d’un emprisonnement de cinq ans au plus et d’une amende de 5 000 000 FCFA au plus. »

Il pourrait ne pas être le seul à subir prochainement le courroux de la loi. Cette semaine, lors de sa deuxième conférence de presse journalière, le porte-parole du Comité du plan de veille et de riposte contre le Covid-19, le Dr Guy-Patrick Obiang Ndong, a indiqué que plus de 2000 individus avaient appelé le 1410 alors qu’ils ne présentaient aucun symptôme lié au Covid-19. Parmi ces appels, certains étaient clairement malveillants.

Face à « ces personnes qui paralysent le 1410 » – selon l’expression du Dr Guy-Patrick Obiang Ndong – de manière totalement irresponsable, les autorités ont décidé de mobiliser la chaîne pénale. En milieu de semaine, le premier ministre, Julien Nkoghe Bekalé, a demandé l’ouverture d’une enquête judiciaire afin que celles et ceux qui se livrent à cet abject manège soient très sévèrement sanctionnés.

source: alibreville.com


PARTAGER