Déforestation : L’implication des peuples autochtones

*** Local Caption *** Les membres du réseau des populations autochtones lors de l'atelier de Minvoul

Dans le cadre du projet de renforcement des capacités de la réduction et de la déforestation en Afrique centrale, les membres du Réseau des populations autochtones et locales du Gabon (Repaleg) ont organisé, dernièrement, à l’endroit des communautés locales et pygmées de Minvoul, un atelier de consultation du public sur le développement durable.


Cette rencontre visait à recueillir les points de vue des populations autochtones et locales, en vue de finaliser deux documents : le Plan de développement durable des communautés et le Plan de communication assorti d’un plan de suivi et évaluation.

La présidente du Repaleg, Jeanne Marthe Minkoué Mi Ella, a fait cette précision : « Il était question, pour la délégation, de discuter avec les communautés sur les moyens, comment vivre en harmonie en forêt en préservant notre biodiversité ; d’examiner le processus d’affectation des terres ; de mieux appréhender l’accès aux richesses naturelles ; de comprendre les droits aux services sociaux de base et de droits à la citoyenneté. »

Au cours de cette rencontre, les participants ont identifié les besoins prioritaires devant être intégrés dans le Plan de développement national par rapport aux peuples autochtones.

Une restitution a également été faite sur les conclusions et recommandations des réunions sous-régionales, régionales et internationales, sur les questions autochtones et communautaires locales. Mais aussi sur l’identification des autres sources d’appui possibles et de la présentation d’une feuille de route pour la finalisation du plan d’actions opérationnel du cadre stratégique du réseau du Gabon et le plan de communication.

source: l’union


PARTAGER