Propos libres / COVID-19 : les questions de Geoffroy FOUMBOULA LIBEKA au gouvernement



Au moment la maladie COVID-19 se développe sur le continent et que certains pays africains en profitent pour démontrer leurs savoirs et surtout affirmer la pertinence de leurs dispositifs sanitaires quoi que ne possédant pas au niveau international des laboratoires de référence comme le CIRFM du Gabon.

Ayant suivis avec attention la conférence du COPIL en date du 14 avril 2020, je souhaiterais lever certaines zones d’ombres pour m’éviter de me perdre en analyse.

SITUATION 1: L’hydroxychloroquine est administrée aux patients dits symptomatiques dans l’objectif de faire disparaitre des symptômes. Le COPIL a déclaré ce qui suis:

  • Sur les 74 cas actifs, 60 sont asymptomatiques et 10 ont de légers symptômes soit un total de (70 cas symptomatiques et asymptomatiques);
  • 44 patients suivent un traitement à l’Hydroxychloroquine.

QUESTION 1: Comment peut-on avoir 44 patients suivant un traitement réservé aux symptomatiques quand le COPIL dit n’enregistrer que 10 symptomatiques?

SITUATION 2: Comparativement au Sénégal et au Togo par exemple, le Gabon enregistre le taux de guérison le plus faible(6,25%) et le nombre de tests les plus faibles(632 tests au 12/04/2020). Le COPIL dit justifier ce taux par le fait d’avoir choisi la GUERISON VIROLOGIQUE qui ne peut être apprécié qu’au bout de 3 ou 4 semaine.


QUESTION 2: Le Pr RAOULT, l’auteur du traitement à la chloroquine qui est utilisé aujourd’hui pour son efficacité,les Pr du SENEGAL,etc…qui déclarent leurs patients guéris au bout de 7 à 8 jours, SONT-ILS TOUS DANS LA MAUVAISE VOIE?AUSSI,NOUS CITER UN SEUL PAYS QUI DECLARE SES PATIENTS GUERIS SANS FAIRE UN TEST VIROLOGIQUE?

SITUATION 3: Le COPIL a annoncé le port du masque obligatoire allant des médicaux aux masques alternatifs et ce en période de confinement quand les couturiers sont fermés car étant des secteurs non essentiels, les surfaces commercialisant les élastiques étant fermés de même que les particuliers confectionnant des masques ne peuvent sortir de chez eux ou accueillir des clients à cause du confinement. __________________________________

QUESTION 3: Comment une personne confinée peut-elle acheter un masque alternatif ou en produire quand tout est fermé et elle-même invitée à restez chez elle?

SITUATION 4: Les chercheurs des autres pays d’Afrique et leurs étudiants se sont lancés dans la conception des solutions scientifiques pour répondre au COVID-19. Le Sénégal, la Cote d’Ivoire, le Benin se sont lancés dans les travaux de fabrication de chloroquine,de respirateurs, de gel hydroalcoolique, de tests de dépistage COVID-19 rapide et très moins chères. Au Benin, l’APIRIVINE du Pr AGON du Bénin est utilisé au Bénin et au Burkina-Faso comme deuxième proposition de traitement à coté de l’Hydoxychloroquine du Pr RAOULT de Marseille.


QUESTION 4: Le Gouvernement a t-il mis les moyens sur les scientifiques gabonais pour les aider à relever le défis?Si oui, quel budget accordé pour soutenir les travaux des chercheurs gabonais sur cette maladie et à quand les premières réalisations car plus d’un mois après, les scientifiques gabonais marquent 0 au compteur?

SITUATION 5: Tout les patients COVID-19 du Sénégal par exemple sont traités dans l’hôpital FANN(Centre de traitement des maladies infectieuses, l’équivalent de l’Hopital de Nkembo au Gabon), l’Institut de recherche est porté sur la conception d’un test COVID-19 très rapide et moins chère,la Firme pharmaceutique TERANGA PHARMA est sur la production locale de la chloroquine, les étudiants et leurs enseignants sont sur la production de gel hydroalcoolique,respirateurs artificiels et masques,etc…Cet exemple est l’illustration parfaite d’un CLUSTER SANITAIRE adapté à la situation du COVID-19 car mettant à contribution l’ensemble des acteurs locaux. Au Gabon par exemple, l’Hopital de NKEMBO qui logiquement la première structure de santé sensée traiter ce genre de cas est ignorée.


QUESTION 5: Le Gabon a t-il une approche CLUSTER?Quel est l’approche CLUSTER mise sur pied par le Gabon pour endiguer la COVID-19?

Dans l’attente, beaucoup de courage et plus d’ouverture d’esprit.

Geoffroy FOUMBOULA LIBEKA
Ambassadeur Leadership et Engagement Jeunesse du Gabon.


PARTAGER